A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE  G

  GUILLET JACQUES
Auray
 
DE NANTES A BREST LES GENS DU CANAL ( juin 2015)

Coop breizh

Article paru à la sortie de son ouvrage

D'après  le journal Ouest France du 14.09.2015
De Nantes à Brest, les gens du canal

Jacques Guillet est l’auteur de cet ouvrage
. Il fait revivre les mariniers à bord de leurs chalands au travers de témoignages collectés.

Genèse de l'ouvrage
En 1974, Jacques Guillet, alors jeune professeur d’éducation physique au collège d’Auray, rencontre Bernard Cadoret.
 Celui-ci met en place une équipe destinée à collecter la mémoire des marins de Bretagne-Sud au temps de la voile.
 Le projet séduit Jacques qui intègre l’équipe.
 En 1979, il en résulte la parution du premier tome d’ Ar Vag ,Voiles au travail en Bretagne Atlantique
 . Pour la revue Ar Vag, il collecte des récits entre la Vilaine et la Laïta,
 s’investit dans la création de la revue Le Chasse-Marée , en 1981,
 toujours sous la direction de Jacques Cadoret

 Puis le collecteur d’histoires devient lui-même auteur
 On lui doit plusieurs ouvrages, entre autres Saint-Goustan, port d’Auray .

Les mariniers de Loire
 
De Nantes à Brest, les gens du canal , paru en juin aux éditions Coop Breizh, fait revivre les mariniers à bord de leurs chalands, il relate leur vie quotidienne, les ports traversés.
 Au travers de témoignages qu’il a collectés, entre 1974 et 1988, l’auteur remonte à la source de l’âge d’or du canal,
celle des mariniers de Loire.
 Selon ses sources, le canal mis en service en 1842 avait un rendement économique faible au regard du coût très élévé de sa construction.
 Le chemin de fer oblige alors les mariniers d’Anjou à se reconvertir.
 Vers 1870, certains s’aventurent en Bretagne pour vendre leur chaux, celle d’Ancenis, de Montjean.
 À l’époque, en Bretagne, la terre a la réputation d’être pauvre, trop acide.
 Quelques-uns se lancent dans l’aventure du transport de la chaux, de l’engrais, de l’épicerie
. En sollicitant des frets de retours auprès des marchands dge bois et de céréales,
 ils donnent vie au canal et à sa justification économique.

Ce  projet de canal peu convaincant
En retraçant l’historique du canal, Jacques Guillet rappelle que le projet vient de loin.
 « C’est l’aboutissement d’une réflexion des Etats de Bretagne (avant la Révolution) sur l’intérêt des canalisations de la province, compte tenu de l’inexistence des routes. »
Sa mise en service coïncide avec l’arrivée du chemin de fer.
 L’auteur ne manque pas de souligner qu’avant même la décision de sa construction
 il existait un sérieux doute sur le bien-fondé du projet.

Présentation par l'Editeur

Coop breizh
sur le  site de l'Editeur
http://www.coop-breizh.fr/livres-3/livres-3/histoire-geographie-697/de-nantes-brest-les-gens-du-canal-6527/zoom-fr.htm

 de NATHALIE COUILLOUD
Ce livre évoque l'histoire du canal de Nantes à Brest de manière originale
. Il insiste d'avantage sur le rôle des mariniers d'Anjou condamnés par le chemin de fer
 au chômage technique qui s'aventurent en Bretagne dans les années 1860-1870 pour vendre leur chaux.
Ils aident l'agriculture bretonne à décoller et font découvrir aux négociants de tout poil au bord du canal qu'il existe pour eux un marché possible avec Nantes.
 En sollicitant des frets de retour auprès des marchands de bois ou de céréales ils donnent vie au canal.
À partir de livres de bord de mariniers et d'une enquête locale plus un travail d'archives,
 les auteurs montrent le rôle important joué par la voie d'eau entre 1870 et 1939.
Les aspects historiques, techniques (les bateaux et les modes de navigation),
 humains (vie à bord, rapports entre les mariniers et les commerçants pour qui ils travaillent) et
 économiques sont abordés.

Pour les Amoureux de la Bretagne
Cet ouvrage est aussi un peu un carnet de voyage, alors que la navigation commerciale a disparu,
le chemin de halage est chaque année de plus en plus fréquenté.
 Il s'agit donc de donner quelques clés de lecture par rapport aux paysages et au patrimoine bâti le long du canal
 à ces nombreux touristes, randonneurs et amoureux de la Bretagne.

Parution : juin 2015 ;240 pages ;220x280 mm ;Réf : 346594; 38€


 .


Entretien avec l'Auteur en août 2018

Il a sorti les gens de Saint-Goustan de l’oubli L’artiste. Jacques Guillet a marqué la vie alréenne par son travail sur le port de Saint-Goustan. Une rencontre avec Jacques Guillet est loin d’être anecdotique. Si on entre dans sa maison crachoise, nichée au milieu des pins, avec peu de connaissances sur le monde de la batellerie bretonne ou sur l’histoire du port de Saint-Goustan, on en ressort avec une sacrée envie de (re) plonger dans ses ouvrages. Jacques Guillet est un passionné qui ne revendique rien en matière littéraire. « Je ne suis pas un écrivain, assure-t-il. Tout ce que l’on trouve dans mes ouvrages, c’est de l’écoute des gens que je rencontre. Je tiens simplement le porte-plume. Certains pensent que j’ai enseigné l’histoire, j’étais professeur de sport, tout simplement ! » De Redon à Auray Pour mieux caractériser celui qui a été un des premiers contributeurs de la revue le Chasse-marée, dans les années 1970, il serait correct de le situer dans le monde de l’ethnologie. Jacques Guillet voit le jour le 5 août 1944, à La Gacilly. La proximité avec Redon le pousse à mettre en lumière le monde de la batellerie en Bretagne. « Il n’y avait strictement rien d’écrit sur eux. Pendant quinze ans, j’ai fait du collectage, persuadé les gens qu’il y avait quelque chose à raconter. C’est ma grande fierté. » Ces rencontres le marquent à jamais et permettent la parution de son ouvrage en 1988, suivi de la création, à Redon, d’un musée dédié à cette profession avec le soutien du maire Pierre Bourges. Son second chantier de recherches va le mener à Auray et son port de Saint-Goustan. « J’ai rencontré des gens merveilleux. Je pense à Robert Le Turnier, qui m’a permis de comprendre la vie de gens modestes qui se battaient pour survivre. » Parus en 1997, les 2 500 exemplaires du beau livre Saint-Goustan Port d’Auray 1880-1980, chronique de la vie quotidienne, sont très vite épuisés. Il faudra attendre la souscription pour la sauvegarde du quai Franklin pour voir une réédition sortir. À quand une troisième réédition ? De nombreux Alréens y seraient très attentifs.

D'après l'article du journal Ouest France du 30 .08 .2018

 


Renseignements sur  l'auteur - Biographie  - Bibliographie 

Page réalisée le 20.09.2015

CONTACT

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z